15 étudiants, 4 mois, 52 dossiers

« Ce qui serait bien, ce serait d’arriver à traiter trois ou quatre cas durant l’année »

Trois ou quatre dossiers sur l’année universitaire 2013-2014, voilà l’objectif que nous, membres de la Clinique Juridique, nous étions fixé durant l’été, lorsque nous mettions sur pied ce qui n’était alors qu’un beau projet, et qui s’avère être aujourd’hui un réél succès.

Car en ce 3 février 2014, quelques 3 mois après son ouverture officielle, la Clinique enregistre son 50ème dossier traité ! 50 personnes se sont présentées à nous pour obtenir une aide juridique à leur situation. Un peu plus même si l’on compte les personnes souhaitant agir contre l’Université ou encore bénéficier d’une information alors qu’elles avaient déjà un avocat. Dans ces deux cas, par principe, la Clinique refuse toute intervention.

Droit immobilier, droit du travail, droit fiscal, droit des étrangers, droit de la famille, droit bancaire, droit des sociétés… les domaines abordés sont aussi nombreux que les situations qui nous ont été soumises.

Alors que pouvons nous tirer, nous, étudiants, d’une si riche expérience ?

Tout d’abord, bien sur, notre mission de clinicien est une source considérable d’apprentissage. La diversité des situations rencontrées nous amène à nous confronter à des branches du droit au sein desquelles nous devons essayer de naviguer avec le plus d’assurance possible. Bien entendu, et fort heureusement, nous ne sommes jamais seuls dans cette mission. Enseignants et autres praticiens du droit nous apportent toujours leur concours et leurs connaissances, et nous les en remercions sincèrement.

Cependant, l’apprentissage n’est pas seulement théorique. Il est aussi pratique. Informations juridiques et rédactions de courriers d’analyse générale nous sont aujourd’hui bien plus familiers qu’à tout autre étudiant de notre niveau et nous appréhendons ainsi un peu plus chaque jour ce qui sera peut-être notre quotidien futur : le métier de juriste.

Mais la Clinique, outre son aspect formateur, est également source d’épanouissement social. De par notre travail, nous contribuons à l’intérêt général, et les personnes que nous rencontrons nous le rappellent tous les jours. Toutes sont admiratives de notre initiative et toutes nous remercient de l’avoir concrétisé.

Alors certes, le rôle de membre de la Clinique Juridique représente un travail important : entretiens avec les personnes, synthèses des situations, recherches législatives, jurisprudentielles et doctrinales, organisations des idées, rédactions de documents, correction, re-correction et parfois re-re-correction, le tout fait bénévolement à concilier avec nos études.

Pour autant, le bénéfice est trop grand, et la fierté plus grande encore.

Aucun de nous n’a douté, un jour, de la beauté de notre projet, et plus les dossiers continueront d’affluer, plus cette conviction en sera renforcée.

Cécile Langaney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 8 = null

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>